Et si notre régime politique ne méritait pas qu’on l’appelle « démocratie » ?

Un citoyen ne choisit pas ses maîtres, il vote les lois.Le constat de départ de ce site est que notre régime actuel n’est pas du tout (mais alors, pas du tout !) une démocratie. Malgré ce qu’en disent les professeurs à l’école, les manuels d’Histoire, les médias de masse et les dirigeants politiques, il est possible de soutenir que nous vivons plutôt dans une oligarchie ploutocratique et de donner une autre définition de la démocratie, qui est un régime que nous pourrions tous désirer si nous le connaissions vraiment.

Si nous acceptons de désigner notre régime sous le nom de « démocratie », cela nous conduit à trois écueils majeurs :

  • nous légitimons le régime injuste dans lequel nous vivons, puisque nous ne l’appelons pas par son vrai nom d’« oligarchie ploutocratique » (où un petit nombre de personnes possèdent le pouvoir et où les riches sont surreprésentés), lequel susciterait bien davantage la révolte ;
  • nous nous privons de la possibilité de désirer une « démocratie », puisque nous sommes déjà censés l’expérimenter — nous nous retrouvons dans le meilleur des cas à réclamer des « réformes démocratiques » et à débattre sur des sujets comme « l’introduction d’une dose de proportionnelle aux législatives » ;
  • nous nous obligeons à mettre nos critiques du régime actuel sur le dos de la « démocratie », et ce faisant nous salissons un terme qui pourtant désigne un régime bien plus enviable que ce que nous connaissons.
JPEG - 15.2 ko
Exemple de confusion malheureuse entre notre régime (conçu pour ne pas avoir à écouter les électeurs) et la « démocratie ».

L’objectif de ce site est donc de vous proposer, argument après argument, une remise en cause profonde : l’idée que nous ne serions pas en démocratie, et qu’un régime démocratique aurait des caractéristiques très différentes de ce que nous avons toujours connu.

Cette idée est déjà présentée synthétiquement sur le site Le-Message.org (voir ci-contre). LaVraieDemocratie.fr a été conçu pour servir d’étape 2 aux visiteurs intéressés par les idées présentées sur le premier site mais souhaitant des arguments plus développés et des réponses à leurs objections. L’argumentaire détaillé ici est toutefois indépendant de celui qui se trouve sur Le-Message.org, vous n’avez pas besoin d’avoir lu l’un pour comprendre l’autre.

Pour une présentation du plan de lecture que nous vous suggérons de suivre, cliquez ici

I. Analyse de notre système politique : l’élection crée notre impuissance politique

L’objectif de cette partie est de vous montrer ce qui fait que le régime dans lequel nous vivons n’est pas une démocratie à l’appui d’une analyse des conséquences de la Constitution de la Ve République et de l’usage des élections pour désigner des « représentants » du peuple.

I. A. Notre impuissance politique est prévue par la Constitution

Cette partie devrait vous convaincre, si ce n’est déjà fait, que nous sommes politiquement incapables d’agir pour défendre l’intérêt général et que cela découle de choix politiques inscrits dans la Constitution.

I. B. L’élection n’est pas un catalyseur mais un inhibiteur de démocratie

Cette assertion devrait au premier abord en choquer plus d’un : comment peut-on oser remettre en cause un mécanisme pour lequel nos ancêtres se sont battus ? Pourtant, au-delà de la première impression, certains arguments devraient vous mener à vous interroger sur la pertinence du processus électoral pour désigner des « représentants » supposés défendre nos intérêts.

II. La cause des causes : le conflit d’intérêts lors de l’élaboration de la constitution

Il s’agira dans cette partie de mettre en avant une raison majeure de l’ensemble des problèmes précédemment évoqués : le processus constituant. Cette question en apparence assez technique se résume néanmoins à une assertion très simple : ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir.

III. Solution alternative : la démocratie instituée par une assemblée constituante tirée au sort

Compte tenu de la critique du système actuel et du problème du processus constituant, l’objet de cette partie est de proposer une alternative crédible que nous pourrions réclamer à la place de la Ve République. Il s’agirait d’une Première Démocratie !

III. A. Les bénéfices du choix du tirage au sort pour composer l’assemblée constituante

Vous découvrirez dans cette partie les raisons pour lesquelles il peut être particulièrement judicieux de recourir au tirage au sort dans les institutions politiques suivant un cadre précis. Cette idée surprend parfois beaucoup au premier abord, car l’on s’imagine les dégâts que pourrait faire un Président de la République tiré au sort : précisons d’emblée que ce n’est pas du tout à cela que le tirage au sort servirait en démocratie.

III. B. Une constitution démocratique donne le pouvoir à l’assemblée des citoyens et utilise le tirage au sort pour désigner ses serviteurs

Cette partie vous proposera une nouvelle approche de la démocratie, dont vous avez peut-être déjà entendu parler sous les dénominations « démocratie directe » ou « démocratie participative ». L’objectif sera de vous montrer qu’il s’agit d’un système politique bien différent des caricatures que l’on entend parfois à son encontre pour justifier les « démocraties indirectes » ou « démocraties représentatives » (expressions qui, au regard de notre analyse, sont antinomiques).

IV. Comment peut-on faire la transition ?

Il existe des raisons de penser que le régime actuel pourrait laisser la place à une vraie démocratie dans les toutes prochaines années. Le but de cette partie est de vous montrer à quoi la transition pourrait ressembler concrètement et ainsi de vous convaincre que la revendication d’une vraie démocratie en lieu et place de notre régime n’a rien d’illusoire.

Vous n’êtes pas d’accord avec l’argumentaire soutenu sur ce site ? Dites-le !

Vous trouverez en-dessous de chaque argument la liste des objections proposées par les précédents visiteurs ainsi que les réponses qui y ont été apportées. Si l’un des arguments ne vous convainc pas et que votre objection n’a jamais été envoyée, n’hésitez pas à la soumettre via le formulaire consacré.

Pour commencer la lecture de l’argumentaire, c’est par ici !

Licence Creative Commons | SPIP | | Mentions légales
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL